Le site des écoles de la Vallée du Célé

Les trois régions naturelles

Le Célé traverse trois régions naturelles :

  • Le Ségala Lotois et la Châtaigneraie Cantalienne

  • Le Limargue

  • Les Causses du Quercy

Le Ségala et la Châtaigneraie

Ces deux régions du bassin amont, sont séparées par la frontière départementale mais forment une même région naturelle en bordure du massif central. Les terrains imperméables du Ségala et de la Châtaigneraie favorisent les circulations d'eau superficielles. De nombreux petits cours d'eau creusent des vallées dans le socle rocheux. Ces phénomènes d'érosion ont créé un paysage de collines.

Les collines sont recouvertes de prairies naturelles destinées à l’élevage des vaches ou plus ponctuellement de cultures. Sur les pentes ou les "sommets" poussent de grandes forêts où dominent hêtres, chênes pédonculés et châtaigniers.

Les  bassins du Bervezou, du Veyre, de l’Anès et du Moulègre abritent des zones humides. On y trouve des espèces protégées telles que les Droséras, plantes carnivores, et plusieurs espèces d'orchidées. Ce territoire abrite également des espèces animales rares comme l’Écrevisse à pattes blanches, la Moule perlière, le Chabot (poisson).

Le Limargue

Le Limargue est une zone de contact entre le Ségala et les Causses. Les roches et le relief y sont trés variées. Le sol est plus perméable que sur le Ségala et la Châtaigneraie, ce qui explique qu'il y est moins de petits ruisseaux.

Le Limargue est une zone d'activités développés : commerces, entreprises, cultures agricoles. Les sources de pollutions y sont donc plus nombreuses que sur le Ségala et la qualité de l'eau moins bonne. On y trouve moins d'espèces protégées, mais certains secteurs hébergent tout de même des Truites, des Écrevisses, des Crapauds sonneurs à ventre jaune et des libellules.

Les Causses

Les Causses reposent sur un socle calcaire, très perméable qui ne retient pas l'eau en surface. Seul le Célé creuse une vallée profonde dans ce vaste plateau. Le fond de vallée, essentiellement agricole, est assez réduit, avec des parcelles qui s’étirent de la rivière à la route dans les endroits les plus larges. Le long de cette vallée les eaux du Célé se réchauffent et la faune qui y vit est très différente de celle des secteurs amont. Ici on a plus de chance de pêcher des Brochets, des Toxostomes ou des Lamproie de planer que des Truites. Les falaises qui surplombent le Célé abritent  plusieurs espèces remarquables de Chauves-souris et de rapaces.

Les plateaux secs et pierreux au sol très peu profond desCausses sont couverts par des plantes xérophiles et des bois de chênes verts et de chênes pubescents, auxquels viennent s’ajouter les landes. Les formations boisées (souvent des parcours à moutons) occupent près de 40 % du territoire ; les pelouses sèches délimitées par des murets en pierre et destinées au pâturage ovin couvrent la majorité de la surface restante.


Page précédente : Les eaux souterraines
Page suivante : Patrimoine